Envie de participer ?

Face à Saint-Nazaire, les Hiboux partent en quête d'un petit point pour assurer une qualification en demi-finale...

À la der comme à la guerre !

La tension est à son comble. Le Plessis-Robinson Volley-Ball jouera bel et bien la réussite de sa saison, samedi 20 mars, contre ce qui est incontestablement la meilleure équipe de Ligue B, Saint-Nazaire. Sur le papier, la tâche est rude à tendance infaisable... Mais impossible n'est pas Hiboux et ces gars-là se plaisent souvent à jouer les prolongations.

Tu te tires ou tu pointes !

Plus de joker pour les Robinsonnais, ils sont au pied du mur. Mais c'est au pied du mur qu'on voit le mieux le mur et les Hiboux ont les yeux grands ouverts. Objectif premier : inscrire deux sets au compteur pour marquer le fameux point de la qualif'. Et ensuite, comme il apparaît que le gagnant est toujours plus heureux que le vaincu, pourquoi ne pas aller chercher la victoire et la confiance qui va avec...
Nul doute que plusieurs paires d'yeux seront rivées sur le livescore du match Saint-Quentin - Martigues. Si les Martégaux parvenaient, eux aussi, à s'octroyer deux sets, il en serait fini des espoirs, ô désespoir, des Saint-Quentinois. Les Jaune et Noir n'en seraient que fort aise.
Différents scénarii donc que même les plus grands showrunners n'ont pas eu l'audace d'imaginer.

Sans baïonnette, c'est la trapinette

Pas question d'attaquer ce match avec la fleur au fusil. "Offensive ! Je choisis la solution offensive !", les Hiboux peuvent s'inspirer de la tirade du film Podium. Ce petit point de rien du tout, ce petit rien qui ferait ce petit tout, il faudra aller le chercher. Dans ce sport où tout démarre par un service, les Robinsonnais ont pris l'habitude d'en faire une arme majeure plutôt qu'un engagement. Aux Felicissimo, Leray, Suihkonen, Verhoeff ou Nevot de faire parler la puissance pour faciliter la tâche des contreurs, pendant que les Daca, Paofaï, Delbeke ou Lamy s'attèleront au travail de sape, plus tactique.
Il y a fort à parier que les Nazairiens, qualifiés largement, n'auront pour motivations que leur professionnalisme, leur dégoût de la défaite et la rivalité amicale qui les anime face au Plessis-Robinson. Ce n'est pas le style du binôme Gosselin-Tual de se contenter du rôle de figurant même le temps d'un match. D'autant que le coach Gosselin avait déclaré à la fin du match dernier contre Saint-Quentin qu'il "a pu donner du temps jeu à ceux qui en ont moins eu en saison régulière, mais qu'il est important de conserver le rythme pour les titulaires à l'aube des demi-finales".

Lamy-Verhoeff tirent leur révérence

C'est annoncé, le pointu Rudy Verhoeff et le capitaine Julien Lamy joueront possiblement leur dernier match en carrière (en espérant que non). En cas de défaite accompagnée d'une bulle, le premier a choisi de mettre un point final à son histoire volleyballistique après avoir brillé en Ligue A, en Ligue B, à l'étranger et surtout en équipe nationale du Canada avec laquelle il a participé aux JO de Rio en 2016. 
Quant à Lamy, c'est après 20 années sous les couleurs robinsonnaises où il ne lui aura manqué que les casquettes de libero et de passeur que le couteau suisse, le dynamiteur, le leader naturel, le cérébral, le grand frère, le confident, le bûcheur, l'acharné, l'iconique... et bien d'autres sobriquets pouvant le qualifier, a décidé de ne pas rempiler la saison prochaine. Sa retraite, bien qu'amplement méritée, sonne comme un coup de massue pour tout le PRVB tant l'homme est le symbole de cette équipe.
 

C'est avec beaucoup d'émotion que le club a souhaité le remercier en organisant son "JUJUBILÉ" après le match lors d'une émission retransmise en direct sur la page Facebook officielle des Hiboux  .
Rendez-vous quelques minutes après le match pour un show spécial Julien Lamy rempli de surprises !


Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.