Envie de participer ?

Ils y sont. Les Hiboux entrent dans la finale de Ligue B contre Saint-Nazaire, samedi 10 avril, avec pour objectif de déstabiliser dès le match aller, le leader incontesté et grand favori à la montée...

À coeur vaillant, rien d'impossible !

"Et si... tout simplement si !" Lady Laistee le proclamait dans les années 2000 sur un thème beaucoup moins joyeux. Cette rengaine colle à merveille aux aigrettes des Hiboux avant la finale de Ligue B qui démarre ce samedi 10 avril à Saint-Nazaire (match aller). C'était le cas pour Nancy, c'est d'autant plus vrai pour Saint-Nazaire, le PRVB ne part pas favori dans cette double (ou triple) confrontation. Et même si Gilles Gosselin, l'entraîneur des Bleu et Blanc, a naturellement souhaité être mesuré quant au statut de favori au micro de TéléNantes, il y a quelques jours, préférant rappeler "que ses joueurs sont dans une excellente dynamique et prêts à batailler très fort", c'est en outsiders que les Hiboux s'en vont en Loire-Atlantique.

Un des classiques de Ligue B

Les nombreuses rencontres entre le SNVBA et le PRVB se sont quasiment toutes soldées par un combat fabuleux, un spectacle magnifique et des retournements de situation épiques. Il faut dire que les deux clubs se connaissent très bien. Le duo Gosselin / Tual est fin stratège et sait préparer les matches contre Le Plessis-Robinson, allant même peut-être jusqu'à spéculer sur les plans de jeu mis en place par le coach Logeais tellement les bougres le connaissent bien. Les années passent, les joueurs changent mais les valeurs de ces deux équipes restent les mêmes. Il n'empêche que les Robinsonnais ne feront pas le voyage pour passer le bonjour à Fifi, le speaker que dis-je, le MC du chaudron nazairien, mais pour prendre à la gorge dès le match aller cette équipe de Saint-Nazaire.

Entrer sans frapper

Il n'est plus l'heure des politesses, des ronds de jambe et autres gestes de courtoisie. Dans ce sport sans contact physique, la domination s'assoit sans marrons, chifarnasses et fourchettes. Tout se passe dans le regard, dans la voix et dans les tripes. Nul arbitre ne sanctionne la violence dirigée contre le parquet adverse, dans cette bataille, les soldats Verhoeff, Truhtchev, Suihkonen, Nicole, Leray ou encore Lamy et Paofaï auront la charge de balancer les obus avec ou sans tête chercheuse. Quant aux Daca, Debes, Ponsin et Delbeke, ils construiront le bunker robinsonnais. C'est Thomas Nevot qui distribuera les munitions, lui l'ancien du SNVBA, dans une salle qui ne devrait avoir de Coubertin que le nom et pas l'esprit !

Inside Hiboux

Certes les Robinsonnais ont célébré dignement cette qualification historique en finale, mais il a très vite s'agit de changer de cap d'est en ouest. Si proche de la fin, les Hiboux ont redoublé d'effort à l'entraînement. La concentration est au climax, ils ont soif de victoire tel un touriste en panne dans le désert du Sahara qui percevrait en Saint-Nazaire, UNE oasis (prends ça Rohff).

Si les Jaune et Noir abordent ce match aller avec l'objectif de tenir la dragée haute au favori, les Nazairiens voudront tenir eux aussi, mais leur rang. Celui de candidat assumé à une montée en Ligue A, celui de vainqueur de la saison régulière. Celui de "très souvent bourreau du PRVB". 

Rendez-vous est pris pour les deux écuries et pour le public : samedi 10 avril à 18h, match commenté (par le duo Roger Vallée / Pascal Gaudin) et gratuit à voir sur www.lnvtv.com .


Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.